Médecins de Montagne

Edité le 23/07/2019

Insectes

Le printemps et l'été sont les deux périodes l'année les plus propices aux piqûres d'insectes et acariens.

 

Les différents piqueurs

La prévention

La prise en charge

 

Les différents piqueurs

Guêpe : Insecte au corps rayé noir et jaune dont la femelle possède un dard lisse qui lui permet de piquer à plusieures reprises. Son venin est toxique et allergisant.

 

Abeille : Hyménoptère très fréquent, peu agressif de nature, qui possède un dard cranté qui ne lui permet de piquer qu'une seule fois. Sa piqûre peu être à l'origine de réactions allergiques graves surtout si elle est répétée (piqûres d'essaim).


Frelon : Grosse guêpe dont les piqûres sont très douloureuses et peuvent être dangereuses si répétées.

 

Bourdon : Grosse abeille au corps velu dont les piqûres peuvent être à l'origine d'allergie grave.

 

Aoûtat :Larve du trombidion, petite araignée rouge très répandue, qui pique essentiellement au niveau des élastique de chaussettes en période chaude et humide (plustôt juin juillet).

 

Puces : Fréquemment rencontrées en été, elles piquent au niveau des différents élastiques (chaussettes- slip- soutien gorge....). Les piqûres sont multiples et allergisantes.

 

Taon : Grosse mouche dont la femelle se nourrit de sang d'animaux (chevaux- vache...) et d'homme. Ses piqûres sont très douloureuses et provoquent un œdème et démangeaisons.


Tique : Parasite de nos animaux de compagnie, qui se contamine en passant en foret ou dans de grandes herbes. La tique se nourrit de sang par le biais de son rostre courbé situé sous la tète. Elle peut être à l'origine de la maladie de Lyme.

 

Moustique : De loin le plus connu et le plus fréquent des insectes piqueurs, la femelle se nourrit de sang animal ou humain mais ce sang sert surtout à la fabrication des œufs abritant les futures larves. La femelle moustique nous repère aisément par l'émission de gaz carbonique que nous émettons, la chaleur et l'humidité de notre peau, ainsi que par les vibrations que nous créons par nos mouvements. Elle est attirée par les couleurs sombres. Le moustique étant omniprésent sur tous les continents, il peut être le vecteur de différentes maladies notamment en Afrique (hiv- Malaria...).

 

Araignées : En France et plus particulièrement sur le pourtour méditerranéen ; seules deus espèces sont à craindre : la " lactodectus tredecimguttatus " venimeuse et la " malmignatte " petite araignée noire rencontrée en Corse dont le venin est neurotoxique. Les autres espèces n'entraînent que peu de risque.

 

 

La prévention

La prévention des piqures est plus ou moins difficile à mettre en place suivant le piqueur concerné.

 

Contre le moustique

de loin le plus fréquent, sachant que la femelle pique essentiellement le soir

  • port de vêtement à manches longues et pantalons longs dès la tombée de la nuit
  • utilisation de répulsif sur les vêtements (spray de Tyrax par ex)
  • utilisation de répulsifs sur la peau découverte (mains, nuque...) différentes lotions ou spray
  • la citronnelle en essence applicable sur la peau ou sur du coton
  • chambre climatisée ou moustiquaire
  • port de vêtement clair

 

Contre les hyménoptères (abeilles- guêpes....) :

  • se méfier en période orageuse qui a tendance à les exciter.
  • ne pas s'approcher des ruches ou nids que l'on trouve dans des trous dans le sol ou de vieux troncs, ou sous les toits. Signaler ces nids pour destructions auprès des pompiers ou d'une société spécialisée.
  • les répulsifs ne fonctionnent guère.
  • pour les allergiques possibilités de désensibilisations en milieu hospitalier.
  • pour les allergiques se faire prescrire auprès de son médecin certains médicaments (adrénaline sous forme de kit pré à l'emploi ANAHELP ou ANAKIT, antihistaminique, corticoïdes...).

 

Contre les tiques :

  • bien surveiller les poils de son chien en particulier mais beaucoup d'animaux peuvent être porteurs.
  • procéder à l'ablation des tiques. Le rostre étant sous la tète du tique ;il na faut pas tirer sur la tête perpendiculairement sinon vous allez casser le rostre.

 

Il faut tirer vers l'avant dans un léger mouvement de bascule vers le dos du tique après avoir utiliser de l'éther pour l'endormir.

 

 

La prise en charge

La gravité va dépendre du nombre de piqûres présentes, de leurs localisations (intra buccales, gorge, face...), de l'existence d'un terrain allergique ou non.

 

La réaction allergique :

Plus ou moins importante va du simple urticaire immédiat ou retardé, au choc anaphylactique. Devant toute réaction allergique une consultation auprès d'un médecin est nécessaire dans les plus brefs délai. Celui ci en fonction de la gravité utilisera des antihistaminiques, des corticoïdes, voire de l'adrénaline seul traitement efficace contre le choc anaphylactique.

Cette réaction va du simple prurit (démangeaison) à l'apparition d'œdèmes localisés ou généralisés, à des gènes respiratoires plus ou moins importantes. Enfin le stade ultime est le choc anaphylactique (vomissement - diarrhées- hypotension majeure....).


Les réactions bénignes :

Essentiellement marquées par une zone douloureuse plus moins oedématiée.

  • On peut utiliser l'application de froid (eau froide du robinet, rivière...)
  • On désinfectera la zone de piqûre (bétadine...)
  • On utilisera des antalgiques (paracétamol, aspirine, arnica...)